Biographie

Né en 1902 dans une Alsace allemande, Alfred Kastler devient français après l’armistice de 1918 et réussit le concours d’entrée à l’Ecole Normale supérieure. Reçu premier à l’agrégation de physique en 1926, il enseigne pendant 5 ans dans le secondaire à Mulhouse puis à Bordeaux. En parallèle, il commence des travaux de thèse. Il soutient sa thèse en 1936 puis est nommé Maître de conférences.

En 1941, il rejoint Paris, où il obtient une chaire de l’université affectée à l’ENS. C’est quelques années plus tard, au début des années 1950, dans la sérénité retrouvée de l’après-guerre, qu’il invente avec son collègue et ami Jean Brossel, la méthode de pompage optique dont les nombreuses applications en France comme à l’étranger, lui valent le prix Nobel en 1966.
Au-delà du grand physicien qu’était Alfred Kastler, on découvre en se plongeant, dans ses archives, un homme profondément engagé dont nombre de causes fait écho également à notre époque. Militant pour le nucléaire civil et farouchement engagé contre les armes nucléaires. Luttant pour la protection des droits de l’homme et l’accueil des réfugiés scientifiques ou intellectuels persécutés pour leurs idées politiques. On découvre également, Kastler le poète, marqué par sa double culture allemande et française, inspiré par Rilke et écrivant des poèmes en allemand à la mémoire de son frère disparu pendant la guerre ou Alfred Kastler profondément pro-européen. Il dira de « Europe, ma patrie», son recueil de poèmes sorti en 1979 : « Le titre de ce recueil est présomptueux. N’est-ce pas présomptueux, dans une Europe déchirée entre deux mondes, de croire à une seule Europe, amicale et pacifique ? Cette croyance nous y tenons : elle soutient notre espérance ».

Alfred Kastler était également un écologiste de la première heure. Dès les années 70, lors d’un colloque de l’UNESCO, il alerte sur le réchauffement climatique, sur la déforestation et la disparition prochaine de certaines espèces animales.

C’est enfin, une personnalité attachante, charismatique qui a su transmettre sa vocation, son savoir aux générations qui l’ont suivi.

Vidéo réalisée par les élèves du lycée Kastler de Guebwiller